absolinux

Aller à la page : précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 suivante



Naissance d'un nouveau langage de programmation?
posté par Texou     le  14-11-2009  à  17:30
Ken Thompson (un des auteurs d'Unix et d'UTF8) et Rob Pike (un des auteurs de Plan9 et d'UTF8) viennent de publier les premières versions d'un nouveau langage de programmation: Go. Il est sous licence BSD et soutenu par Google, employeur de Rob Pike.

Son objectif déclaré est celui de simplifier le C, autrement dit d'en tirer tous les avantages en supprimant ses inconvénients. C'est ainsi que les développeurs espèrent créer un langage système (non interprété), qui se compile très rapidement par l'analyse des dépendances, avec une syntaxe proche du C en éliminant ses inconvénients. La gestion de la mémoire doit être automatique, il ne doit pas exister de hiérarchie des types (le typage étant statique). Les goroutines permettent aussi d'intégrer la programmation concurrente, c'est-à-dire celle visant l'exploitation des fonctions multicore d'un processeur.

Les premiers retours sur ce langage semblent plutôt positifs, malgré des défauts signalés par des testeurs (comme l'absence de certaines fonctions telles que les exceptions). Certains n'aiment tout simplement pas la syntaxe.

Ce langage est donc plein de promesses et d'avenir, avec une marge de progrès importante. Reste à approfondir les tests déjà effectués pour mieux connître les goroutines, la segmentation de la pile d'exécution, la compilation rapide... Il en résultera une meilleure connaissance des apports spécifiques de ce nouveau langage, par rapport par exemple à des projets d'amélioration du C tels que le D.


Sortie d'OpenSUSE 11.2
posté par Texou     le  12-11-2009  à  22:11
En pleine période de sorties des distributions, Suse n'est pas en reste. Ils viennent aujourd'hui de sortir leur version 11.2, 11 mois après leur dernière publication.

Cette nouvelle version inclut notamment le noyau 2.6.31.5, les bureaux GNOME 2.28 et KDE 4.3.3pre, le serveur X 1.6.5, Firefox 3.5, OpenOffice 3.1.

Les développeurs ont droit à GCC dans sa version 4.4.1. L'ensemble du disque dur peut à présent faire l'objet d'un encryptage. Les systèmes de fichiers btrfs et Ext4 sont pris en charge.

On retrouve la philosophie de facilité pour l'utilisateur final, débutant comme avancé, avec une excellente intégration des dernières versions des paquets, en particulier ceux graphiques. La distribution compte ainsi 1000 paquets graphiques. KDE est le bureau par défaut.

Il existe une version d'OpenSUSE sur CD ou sur DVD, pour les architectures x86 ou x86_64. Une installation à partir d'une clé USB est également possible dans un environnement GNOME ou KDE, selon le choix de l'utilisateur. L'un des objectifs de SUSE a été de rendre leur distribution entièrement compatible et facile à installer sur un NetBook.

Cette nouvelle mise à jour n'apporte donc rien de révolutionnaire mais elle offre aux utilisateurs des mises à jour et des améliorations fondamentales, notamment concernant le serveur X, les bureaux et le noyau. OpenSUSE espère ainsi préparer efficacement les utilisateurs à de futures mises à jour majeures, comme par exemple celle de GNOME dont la version 3.0 est annoncée pour 2010. D'autres évolutions sont envisagées: le développement d'une sous-distribution entièrement dédiée à "l'éducation", le passage à un nouveau système d'administration du système. Cette version est donc le prémice de futures évolutions, elle nous permet de patienter en attendant. Il semble probable que la future version arrive dans peu de temps.


Sortie de TeXlive 2009
posté par Texou     le  11-11-2009  à  21:21
Les puristes de la console connaissent sûrement bien LateX, qui leur permet de rédiger des documents complexes et formatés en se passant d'Openoffice.org ou d'un traitement de texte. Plusieurs outils sont utilisables pour générer les différents formats à partir d'un source TeX. Parmi eux et l'un des plus maintenus, TexLive.

Sa version 2009 vient de sortir. Elle offre un certain nombre de mises à jour et d'évolutions appréciables. Pour les utilisateurs de Mac ou de Windows, l'éditeur TexWorks (basé sur Qt) a été directement intégré, ce qui permet notamment une visualisation des documents pdf finaux en parallèle de l'affichage du source, le tout avec une grande simplicité.

Le langage de dessins vectoriels Asymptote a remplacé celui utilisé dans la version 2007 de TexLive.

On notera également le remplacement de dvipdfm par dvipdfmx, qui contient plus de fonctionnalités. Reste que certaines ne sont disponibles qu'en console (pdflatex et epstopdf) pour des raisons de sécurité, l'implémentation de ces fonctions par dvipdfmx impliquant des commandes externes.

Enfin, on notera la mise à jour des polices ams type 1 (computer modern, euler).

Après deux ans d'attente, cette mise à jour est la bienvenue. Elle ne sera pas disponible en paquet dans toutes les distributions. Ubuntu 9.10 ne l'inclut par exemple pas. En revanche, Fedora 12 qui sort dans très peu de temps devrait l'inclure. Les amateurs de LaTeX et de la console sous Linux devraient s'en réjouir.


Linux fait maintenant de la télé
posté par Texou     le  11-11-2009  à  21:16
Samsung a équipé ses postes de télévision récents d'un système et d'un noyau Linux. Cette décision a des conséquences considérables car le noyau linux de Samsung est, du fait sous licence GPL et donc libre. Il a permis ainsi à Samygo de mettre au point un nouveau firmware qui offre de nouvelles fonctionnalités et une plus grande souplesse. Nous retiendrons par exemple la possibilité d'utiliser n'importe quelle carte WIFI ou celle du partage par NFS au lieu du partage vidéo d'origine.

Bien sûr, cette potentialité demeure réservée à un public avertit car elle exige quelques ajustements physiques et une liaison à un ordinateur pour opérer la modification de base. Mais il n'en reste pas moins que Samsung vient de démontrer que le logiciel libre n'est absolument pas inconciliable avec un usage commercial. D'abord tout le monde ne peut pas forcer les limites posées par le constructeur, mais surtout ce n'est ni obligatoire ni conseillé pour jouir des bienfaits du produits. Voilà donc une belle preuve de l'implantation du libre dans un nouveau secteur, après celui du téléphone mobile.


De nouvelles failles de sécurité dans le noyau
posté par Texou     le  07-11-2009  à  20:28
Décidément le noyau Linux est mis à rude épreuve ces derniers mois et révèle ses failles. Après celle signalée en août qui était dite critique, une autre vient d'être découverte.

Earl Chew et Eugene Teo ont ainsi mis en lumière, dans les fonctions pipe_read_open(), pipe_write_open(), et pipe_rdwr_open(), la présence d'une faille de sécurité. Elle consiste dans le déréférencement du pointeur NULL. Ce bogue permet à un utilisateur ordinaire de passer root.

Sont concernées Debian Etch, Fedora 6, 10 et 11, et RedHat 5.3 et 5.4. La faille est telle qu'il est facilement possible de contourner les protections SELinux.

Pour vérifier si l'on est concerné par la faille, il faut s'assurer que le contenu de /proc/sys/vm/mmap_min_addr soit différent de null ou de 0. Si ce n'est pas le cas, il faut mettre à jour le noyau.

Les noyaux les plus récents ne sont pas concernés. Y échappent ainsi Mandriva 2010.0, Fedora 12, Ubuntu Ibex et supérieurs et les noyaux patchés avec grsecurity. Debian Lenny est vulnérable malgré les mises à jour récentes qui prétendent éliminer le bogue. Quoiqu'il en soit, la 5.0.4 de Debian devrait avoir corrigé la faille.

Nous noterons une fois de plus avec soulagement la réactivité de la communauté pour la correction des failles du noyau. Pour autant, il n'en reste pas moins que l'existence des failles est toujours problématique et amène à sans cesse remettre en cause la sécurité de Linux. Au final, on se retrouve avec d'excellents dépisteurs de failles et des développeurs qui les corrigent rapidement, ce qui fait de Linux un système sécurisé car facilement corrigible.


Thunderbird entre à Bercy
posté par Texou     le  07-11-2009  à  20:21
Depuis 2007 et dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, les structures du ministère des finances ont évolué. Par exemple, la direction générale des impôts et celle de la comptabilité publique ont fusionné pour former la direction générale des finances publiques.

Cette nouvelle direction a choisi récemment de ne pas, pour ses services de messagerie électronique, utiliser Outlook. Thunderbird a été préféré pour jouer le rôle d'un client de messagerie, et OBM de Linagora sera le serveur. C'est l'entrée en force du logiciel libre dans une des plus importantes administrations françaises.

Il faut coupler cette information pour en mesurer la portée potentielle avec l'annonce récente par Microsoft de la libéralisation du format .PST d'Outlook. Cette ouverture, dont le calendrier n'a toutefois pas été fixé, permettra à terme à d'autres logiciels comme Thunderbird ou Evolution de manipuler ce format, facilitant l'interopérabilité. Dans le cas qui nous occupe, cette évolution permettrait à Thunderbird d'importer directement des fichiers .PST sans obligation d'exporter les fichiers via Outlook vers un autre format. Certes, cela n'aura d'effets que pour les manipulations locales, mais c'est un progrès.

La simultanéité de ces deux nouvelles est assez originale. C'est au moment où Microsoft annonce la libéralisation de son format de fichiers de messagerie que Bercy annonce son intention de quitter Outlook pour Thunderbird. Ces deux événements sont symboliques mais pourraient bien avoir des conséquences économiques importantes, notamment s'agissant de la dépense de fonctionnement du ministère du budget.


Sortie de Mandriva 2010.0
posté par Texou     le  03-11-2009  à  22:26
Mandriva annonce la sortie le 3 novembre de la vingt-cinquième version de sa distribution: la 2010.0. Il est difficile de rassembler plus de modernité au sein d'un système.

Pour ne citer que les plus visibles et marquantes, on notera le passage à KDE 4, ce qui signifie la disparition de logiciels comme kbudget ou kmymoney2 qui n'ont pas encore de version pour cette version de KDE. De même, le bureau Gnome utilisé est proposé dans la version 2.28.

D'autres outils sont présents dans leur version stable la plus récente: Firefox 3.5, OpenOffice 3.1.1. Plymouth a également remplacé le précédent assistant de démarrage graphique. Les pilotes Moblin ou Poulsbo sont enfin pris en charge.

Pour les personnes intéressées par des enjeux plus techniques, il faut savoir que le noyau Linux utilisé est le 2.6.31. L'installeur propose par défaut de formatter les partitions avec le système de fichiers Ext4. Le serveur graphique Xorg est utilisé dans sa version 7.5. Les développeurs pourront utiliser GCC 4.4.1 pour compiler du code C, Glibc 2.10.1, ou bash 4.0 qui apporte des améliorations pour l'écriture de scripts shell. Les spécialistes du développement de sites Web apprécieront l'utilisation d'Apache 2.2.12 et du php 5.3.0.

Les administrateurs apprécieront aussi l'indicateur créé par Mandriva permettant de connaître le niveau de dureté d'un mot de passe (simple, résistant aux attaques basiques, solide). La gestion des mises à jour et l'interface du gestionnaire de paquets a été voulue plus souple, l'administrateur pouvant par exemple prédéfinir la fréquence des mises à niveau. C'est la version 1.4 de cups qui est utilisée pour gérer les imprimantes.

Enfin, côté virtualisation, Mandriva inclut VirtualBox 3, le noyau 2.6.27 pour qemu.

Mandriva inscrit donc cette mise à jour dans une logique marquée par la modernité, même au prix de petits sacrifices logiciels. Mais l'idée maîtresse de la distribution demeure: simplicité et convivialité. Toutefois reste à tester certains points, comme la gestion de Python ou la version de VirtualBox utilisée, car au-delà de la version 3.0.6, on rencontre quelques difficultés avec l'USB. Il n'empêche que des ajustements restent toujours possibles au sein d'un cadre global très avenant et enthousiasmant.


Python 2.6.4 publié
posté par Texou     le  01-11-2009  à  00:32
À peine 21 jours après la sortie de Python 2.6.3, les développeurs ont décidé d'en publier une nouvelle, plus utile qu'innovante.

Cette mise à jour rapide vise en effet la correction de bogues jugés critiques, notamment dans la bibliothèque standard. Le module distutils, par exemple, empêchait l'installation de modules tiers avec setuptools.

La mise à jour s'imposait donc afin de ne pas régresser dans les possibilités offertes par Python. Elle constitue une étape importante dans un contexte, rappelons-le, de réflexion sur le gel du cycle de développement de Python.


Sortie de SeamonKey 2.0
posté par Texou     le  01-11-2009  à  00:30
SeamonKey est un des éléments originels de Mozilla, abandonné en 2005 au profit de Firefox et Thunderbird. Mais son développement continue. Il offre une suite logicielle comprenant un navigateur Internet, un client de messagerie, d'IRC et un éditeur de pages Web.

Cette nouvelle version, sortie le 27 octobre, utilise la même plateforme que Firefox 3.5.4. On y retrouve la restitution des sessions de Firefox (onglets...), l'historique de base, une interface mail par onglets. Le gestionnaire d'extensions et de téléchargement a également été revu.

Cette suite offre ainsi des performances de plus en plus proches de celles de Firefox, ce qui est très intéressant pour les utilisateurs qui veulent une suite plus légère mais performante.


Sortie d'Ubuntu 9.10
posté par Texou     le  01-11-2009  à  00:29
Depuis le 29 octobre, Ubuntu a mis à disposition des utilisateurs la version 9.10 de sa distribution. Fidèles à leur approche du logiciel libre, Ubuntu a sorti une version dite pour les ordinateurs personnels et une pour les serveurs. L'objectif de cette nouvelle version est d'améliorer encore la facilité d'utilisation de Linux pour n'importe quel utilisateur.

Parmi les nouveautés marquantes, on notera la présence de Ubuntu One, développé depuis mai et qui vise à créer une suite intégrée au bureau permettant de faciliter les procédures de sauvegarde ou de synchronisation. Firofox 3.5 est inclu dans cette version. Quant aux développeurs, un effort important a été fait pour automatiser de nombreuses tâches et faciliter ainsi le développement d'applications et de paquets Ubuntu.

Côté serveur, le même souci, conjugué à celui de la sécurité, a conduit Ubuntu à développer des solutions facilitant la configuration de divers services en toute sécurité, par exemple en rendant facile la configuration d'un pare-feu. MySQL 1.5 a également été installé et le protocole 3.0 de l'USB est supporté.

Cette nouvelle version se veut donc plus rapide, plus agréable et facile à utiliser. Elle a été réalisée et publiée après un test auprès d'utilisateurs qui a permis de résoudre environ cinquante défauts de conception selon les développeurs. reste à voir si cela suffira pour rendre le système conforme à ses ambitions et pour lui permettre d'atteindre ses objectifs: avoir un public linuxien élargi. La suite sera intéressante à observer.


Aller à la page : précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 suivante