absolinux

Aller à la page : précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 suivante



Un point sur l'actualité Debian
posté par Texou     le  19-09-2010  à  17:42
Il est parfois reproché à la distribution Debian GNU/Linux sa lenteur, sa rigidité et sa lourdeur au plan de la prise de décisions. Cet été semble avoir démontré le contraire. Deux faits marquants sont à relever.

D'abord, la version de test, baptisée squeeze, a été gelée, de sorte que plus aucune nouvelle fonctionnalité ne sera introduite dans cette version et que le travail se concentre à présent sur la résolution des bogues. Une prochaine version stable est donc à prévoir d'ici quelques mois.

Ensuite, dans le même ordre d'idée, la distribution a officiellement accepté début septembre d'intégrer dans le protet les paquets backports, qui permettent aux utilisateurs d'une version stable d'installer des paquets considérés comme stables mais plus récents. Cet événement marque un revirement de positionnement majeur, les backports ayant toujours été distincts. Pour les utilisateurs, cela signifie que la migration de la distribution de lenny (stable actuelle) vers squeeze (future), ainsi que les migrations futures, seront facilitées car les outils intègreront l'existence de tels paquets dans le processus. Cela est également synonyme d'un système stable mais ayant certains outils plus récents, selon le choix de l'administrateur du système (les backports restant à choisir "au cas par cas").

D'autres événements plus marginaux ont marqué Debian, tels que la mise à jour de la version stable qui passe de la 5.0.5 à 5.0.6, ou un nouveau projet Debian CUT (Constantly Usable Testing), initié en septembre pour certifier les testing d'une "label" qualité/fiabilité. Le projet Debian CUT a déjà suscité des commentaires: serait-il une future Debian "éternelle", à savoir dont les mises à jour seraient plus fréquentes, la stabilité légèrement atténuée sans remise en cause fondamentale car le label ne vaudrait que pour les versions sans bogues "serious" ? L'avenir seul permettra de réponcre à cette question.

Debian a donc vécu un anniversaire mouvementé. En effet, alors qu'elle fêtait le 16 août son dix-septième anniversaire, elle a adopté des décisions nombreuses et importantes. Cet anniversaire a d'ailleurs été l'occasion de faire une revue d'effectifs, d'où il ressort que la distribution compte environ 1000 développeurs. Reste à attendre la prochaine version stable et le nom de celle qui succèdera à la Squeeze, questions qui devraient se résoudre d'ici quelques mois si le rythme envisagé par le leader du projet (Stefano Zacchiroli depuis avril 2010) peut être atteint. A suivre donc.


LFS bouge encore
posté par Texou     le  19-09-2010  à  17:36
Le site LFS francophone vient d'annoncer la sortie de la mise à jour de la traduction du livre Linux From Scratch, dont la dernière version stable a été publiée hier soir. Il s'agit de la version 6.7 de ce livre (avec sa traduction). Elle intervient à peine six mois après la précédente mise à jour, mais elle inclut des nouveautés importantes en matière de versions du noyau et de l'ensemble d'outils (Binutils, GCC et Glibc).

Si peu de révolutions conceptuelles sont à noter, les versions des paquets ont été mises à niveau et toutes les conséquences qui s'y attachent en ont été tirées. Grâce à cette mise à jour, le dernier noyau est inclu (2.6.35.4), corrigeant un bogue de sécurité majeur décelé au mois d'août. La version stable présente donc l'avantage du caractère récent des paquets utilisés et de la stabilité.

Ce livre s'annonce donc une belle réalisation dans un temps assez limité. Sans énorme originalité il améliore et actualise l'existant de façon intéressante. Le site francophone précise que la compilation d'un système pur 64 bits et pur 32 bits est supportée. Toujours rien concernant le multilib qui ne semble pas dans les plans de l'équipe de développement LFS. Peut-être serait-ce une bonne résolution pour 2011...




Mandriva Linux et après ? Mageia !
posté par DjeZAeL     le  19-09-2010  à  01:49
Bonjour AbsoLinux !

  Je vous transmets une dépêche, qui répondra, je l'espère, à un certain nombre d'interrogations que les utilisateurs se sont posées ces derniers mois au sujet de l'avenir de la distribution Mandriva Linux.

  Suite au "feuilleton de l'été" se terminant à la rentrée par le licenciement économique de la plupart de ceux qui font la distribution en France (ex-employés de Edge-IT), la continuité de la distribution Linux ne semblait pas assurée pour quelques-uns malgré les assurances de la direction de Mandriva SA.

Mais c'est sans compter sur un soupçon de magie (des stocks de poudre verte ?).

  Plusieurs anciens développeurs de Mandriva Linux, issus de la filiale Edge-IT, accompagnés de plusieurs contributeurs connus de Cooker, la version de développement de Mandriva Linux, ont décidé de créer un fork nommé... Mageia !

  Loin d'être un projet lancé sur un coup de tête, c'est un projet mûri et assumé malgré les difficultés qu'un fork représente, aussi bien en terme de capacité à fédérer une équipe pour réaliser techniquement le projet, que pour attirer à soi une communauté d'utilisateurs.

  Un point important du projet est que Mageia se veut une distribution communautaire indépendante d'une quelconque entreprise, même si des entreprises peuvent apporter leur soutien au projet. Ce fut un reproche fait à Mandriva Linux que d'être très dépendante de Mandriva SA que va  tenter d'éviter l'équipe du projet Mageia.

  Quant à la suite, il est aisé de penser que l'annonce du fork est la partie la plus facile puisque tout reste à mettre en place, des structures techniques pour la réalisation de la distribution elle-même, à l'organisation même du projet entre les différentes parties prenantes, même si on peut légitimement estimer que des idées circulent déjà.

  Au final, si cette annonce est de nature à ouvrir de nouvelles perspectives à tous les amoureux de Mandriva Linux, il reste à voir ce que feront les utilisateurs. Resteront-ils fidèles à la marque Mandriva ou suivront-ils ceux qui faisaient en grande partie Mandriva Linux et qui vont faire Mageia ? Seul l'avenir le dira.

          Présentation de Mageia : http://mageia.org/fr/

  Des membres des communautés française, hispanophone, allemande, brésilienne et bientôt italienne se sont déjà joints au projet, comme indiqué sur la page. N'hésitez pas à vous inscrire aux listes de diffusion et à vous faire connaître, que ce soit par courrier électronique sur mageia-discuss ou sur les canaux irc ouverts.

          Le terme Mageia -  μαγεία en grec - signifie Magie en français, la référence étant évidente pour les habitués de la communauté [wink]



    Source : http://linuxfr.org/2010/09/18/27393.html

DjeZAeL / Elodie


Sidux est mort, vive aptosid!
posté par alphad     le  12-09-2010  à  05:01
Vous avez été récement témoins des dissentions entre developpeurs de sidux et la fondation sidux eV qui d'ailleurs detenait tous les droits sur la marque sidux.

Les développeurs ont donc décidé d'une autre orientation pour mettre un terme à la polémique. Ainsi est née aptosid.

Vous pouvez voir à ce sujet l'annonce de SLH, developpeur, sur le nouveau site arborant les couleurs désormais familières, rouge, noir et blanc (Le site de Sidux est quant à lui en noir pour afficher son deuil) :

"Aujourd'hui aptosid ouvre ses portes en vue de poursuivre la distribution précédemment connue sous le nom "sidux", crée par la même équipe de bénévoles dans le cadre du développement de logiciels selon les principes du logiciel libre de Debian. Un passage en douceur de sidux à aptosid sera assuré jusqu'à la fin de 2010.Toutefois, un changement rapide est conseillé en raison de problèmes potentiels et indépendement de notre volonté.

Aptosid est un live CD basé sur debian sid avec un accent particulier sur l'installation sur disque dur, des moyens pour une mise à jour propre et des supports matériels et logiciels additionnels. L'ISO est entièrement basé sur le composant principal de Debian sid, enrichi et stabilisé avec des paquets propres à aptosid et des scripts.

Aptosid 2010-02 "Κῆρες", basée sur Debian sid, noyau 2.6.35 et KDE 4.4.5 sera publié sous peu.
"

Voilà, un nouveau départ, sous un nouveau nom, les habitués de sidux, ne seront pas dépaysés et cette fois-ci tout est mis en oeuvre pour éviter ce qui a conduit à cette situation de "rebranding", juste une mise à jour et votre acceptation pour migrer de "feu" sidux vers aptosid et c'est fait. Souhaitons lui une bonne continuation, sans accros.


Source: http://www.aptosid.com


La petite dernière d'Ubuntu
posté par Texou     le  30-04-2010  à  22:54
Hier a été publiée la version 10.04 d'Ubuntu, alias Lucid Lynx. Cette version est la toute dernière stable et c'est celle qui sera à présente pleinement supportée, pendant 3 ans pour celle bureautique et 5 pour celle serveur. Celle pour Netbook ne bénéficie pas de ce "calendrier".

Elle offre une modernité que ses utilisateurs apprécieront: démarrage en 10 secondes (rien que ça !), Gnome 2.30, KDE 4.4. Parmi les thèmes qui ont fait parler d'elle récemment sur la toile, on retiendra qu'Ubuntu utilise Google comme moteur de recherche par défaut. Les réseaux sociaux du type Facebook sont à présent pleinement intégrés, à travers Gwibber qui est un client multiservices. Dans le même ordre d'idées, Ubuntu intègre à présent un accès direct à des sites de téléchargement légaux de musique.

L'application Software Center pour installer des logiciels Ubuntu a été améliorée pour permettre à l'utilisateur de mieux personnaliser ce qu'il souhaite installer exactement sur le système, sans lui imposer par exemple l'installation des applications recommandées avec un paquet.

Le noyau quant à lui est en version 2.6.32, ce qui sera aussi le cas de la future Debian (qui toutefois n'est pas à attendre bientôt si l'on se fie aux 400 bogues recensés en mars). C'est la version 7.5 de X.org qui est utilisée et la version 1.7 de X Server. Hal n'est plus lancé au démarrage, puisqu'il est globalement remplacé par Udev et DeviceKit.

Les pilotes NVidia, outre l'intégration par défaut de ceux 2D, sont mieux intégrés, notamment ceux propriétaires pour la 3D. Pour optimiser au mieux la couche graphique, des correctifs du noyau 2.6.33 ont été utilisés.

De façon moins fondamentale, l'utilisateur appréciera probablement l'ajout de deux nouveaun thèmes pour le bureau.

L'intérêt d'Ubuntu 10.04 est donc à nouveau de simplifier l'approche de Linux et de chercher l'optimisation. Elle offre à l'utilisateur des paquets récents et un support appréciable. Enfin, elle représente les prémices d'un avenir intéressant, permettant de tester les futures innovations qui seront intégrées plus tard dans d'autres distributions. Par exemple, Debian stable ne supporte pas encore gnome 2.30; donc ceux qui le veulent sans passer en testing peuvent tester Ubuntu.

L'avenir d'Ubuntu, selon son dirigeant actuel, est une meilleure intégration avec les réseaux sociaux et une accélération de la réactivité. Reste à tester celle actuelle et n'hésitez pas à nous en donner des retours.


Gnome 2.30 sort
posté par Texou     le  05-04-2010  à  23:48
Moment très attendu, Gnome vient de sortir la version 2.30 de son bureau. Cette version est annoncée comme la dernière avant la 3.0, qui représentera un tournant absolument fondamental dans l'histoire de Gnome.

En attendant la révolution, cette nouvelle version propose déjà des mises à jour importantes. D'abord, de façon invisible, cette version est l'occasion d'un nettoyage du code préparatoire à la sortie de la 3.0. Ce nettoyage consiste surtout à éliminer les bibliothèques obsolètes du code.

Ensuite, chose plus visible, le gestionnaire de fichiers Nautilus permet à présent d'afficher deux vues de dossier simultanément, sachant que chaque vue bénéficie de ses propres onglets. Le mode par défaut est celui navigation, non plus celui spatial.

Puis, le client de messagerie instantanée Emphathy affiche une barre d'information lorsqu'un compte n'arrive pas à se connecter. Il permet aussi le transfert de fichiers par Glisser/Déplacer. Le module IRC a été enrichi, permettant de rejoindre un salon protégé par mot de passe. Le compte de chat Facebook est à présent supporté.

Tomboy quant à lui voit son temps de démarrage réduit. Une meilleure interopérabilité avec OpenOffice.org et Evolution est permise à présent, concernant le contenu html.

Gnome-system-tools a été repensé et rendu plus convivial (choix des profils par utilisateurs, permissions personnalisables...).

Evince permet à présent de régler au moment de l'impression la mise en page des documents qu'on visualise avec lui. Il inclut un mode de visionnage en couleurs inversées et d'attacher des notes aux fichier PDF.

Le navigateur Internet Epiphany permet de mieux gérer l'état d'activation des plugins tels que Flash. Ont été réintroduits par ailleurs l'aperçu avant impression, le téléchargement d'un objet par clic droit dessus, le collage du presse-papier par le bouton du milieu de la souris...

Vinagre prend en charge les tunnels SSH pour se connecter à distance à un bureau Gnome. Les images peuvent être compressées au format Jpeg pour les connexions à faible débit.

Enfin, de façon générale, Gnome facilite aujourd'hui l'installation de nouvelles polices, la bascule entre plusieurs agencements de clavier (par un icône dans la zone de notification), la lecture d'archives avec File roller (il télécharge les paquets manquant pour lire une archive en particulier), la gravure audio avec la prise en charge par l'outil graphique de cdda2wav. L'historique du terminal devient illimité. gvfs gère les Iphone et Iped. L'interface de la calculatrice a été revue.

Ces améliorations préfigurent un bel avenir pour Gnome avec la version 3.0. Elles permettent de donner un bel aperçu aux utilisateurs et sera rapidement intégrée dans les distributions stables. Reste que cette version semble aussi annoncer un délai assez long pour la version 3.0. Patience donc, mais cette version 2.30 révèle déjà de nombreuses évolutions intéressantes.


Le CVS is back?
posté par Texou     le  02-04-2010  à  23:38
On vient d'apprendre qu'une nouvelle équipe a décidé de reprendre le flambeau de CVS. Ce gestionnaire de projets commençait à être considéré par beaucoup comme obsolète, en particulier par rapport à des outils tels que subversion ou git.

Les nouveaux développeurs ont posé trois priorités pour l'heure. D'abord, nettoyer le code et mettre à jour ses fonctionnalités. Ensuite, ajouter de nouveaux concepts comme la gestion de sources distribuée. Enfin, permettre la migration par des outils nouveaux.

Cette orientation répond à une attente exprimée de longue date par la communauté. Elles permettent de remettre au bout du jour un outil dont l'utilité devenait de plus en plus contestée. Cela permet d'espérer une nouvelle étape dans la diversification des logiciels pour faire cette tâche. De bonnes perspectives sont à présent envisageables.


OpenSSH 5.4
posté par Texou     le  15-03-2010  à  21:48
Après plusieurs années de développement, le célèbre OpenSSH vient de sortir la version 5.4. Elle a été publiée le 8 mars 2010, comme d'habitude sous licence BSD. Pour mémoire, OpenSSH fournit un serveur et un client permettant de se connecter ou d'ouvrir l'accès à distance à une machine. Il permet aussi le transfert de fichiers entre deux machines par un protocole hautement sécurisé et offre un sous-serveur de transfert de fichiers appelé SFTP.

Au menu des nouveautés, on trouve la désactivation par défaut de SSH 1, version obsolète du protocole. Il faudra à présent l'activer explicitement en cas de besoin. Par ailleurs, a été ajouté le support des tokens PKCS#11, qui permet de développer une interface pour gérer les périphériques cryptographiques (le code a été développé par RSA). Puis un nouveau système d'authentification par certificats a été introduit, complétant celui traditionnel par clés. D'ailleurs, les clés sont à présent révoquables.

D'autres améliorations moins visibles sont à noter. Par exemple, les fonctionnalités de canal multiplexé ont été complétées: transfert de ports, transferts d'entrée/sortie netcat, support des opérations non bloquantes... S'agissant du sous-serveur SFTP, un mode de lecture seule lui a été ajouté. La valeur d'umask peut être définie et n'est alors plus surchargeable par l'utilisateur. La ligne de commande, au sein du sous-serveur, a été enrichie: support de la complétion, transferts récursifs (get et put), support de la plupart des options de scp. Des paramètres de sécurisation ont aussi été améliorés, en particulier les techniques de cryptage et de chiffrement.

Des modifications importantes sont donc apparues. Elles viennent renforcer la convivialité et les performances d'un des outils d'accès à distance les plus utilisés sous Linux, en matière de sécurisation. Si le délai de publication est long, il semble que cela ait valu la peine d'attendre. Le fer de lance de OpenBSD est donc un nouveau succès dont on attend beaucoup. Il ne reste donc plus qu'à l'expérimenter pour améliorer encore la sécurisation des connexions à distance.


Sortie de Frugalware 1.2
posté par Texou     le  12-03-2010  à  00:04
Pour ceux qui ne connaissent pas, Frugalware est une distribution Linux récente, orientée utilisateur et basée sur Slackware. Son gestionnaire de paquets est pacman-g2, un dérivé de celui utilisé par ArchLinux.

Elle vient de sortir sa deuxième version stable. Cette version comporte un certain nombre d'améliorations, et notamment une soixantaine de corrections de bogues. Elle offre le noyau 2.6.32.8, la bibliothèque GNU C 2.11.1, Xorg 7.5, Gnome 2.28 et KDE 4.3.5. PAM est inclu dans le système de base.

Un nouveau choix s'offre ainsi aux utilisateurs. Cette distribution conviviale a à présent l'avantage d'avoir une version stable récente. À tester donc, en espérant que cette distribution aura du succès chez ses utilisateurs et en attirera de nouveaux.


Xorg poursuit son chemin
posté par Texou     le  08-03-2010  à  21:48
Xorg connaît en ce moment des évolutions intéressantes pour les utilisateurs adeptes du graphique. Une actualité riche et récente a marqué le projet.

Par exemple, Xorg supporte actuellement les ordinateurs portables à plusieurs processeurs graphiques. Grâce au pilote vgaswitcheroo, GNU/Linux supporte aujourd'hui les fonctionnalités avancées de telles configurations comme la suspension ou la coupure du processus graphique inutilisé, la gestion des processeurs graphiques Intel et ATI. Il est intégré à GDM, l'outil graphique pour se connecter au système. Par contre, pour changer de processeur, un redémarrage de X est nécessaire. Ubuntu et Fedora prévoient une intégration prochaine du pilote.

Le pilote Radeon évolue lui aussi. Son avenir pourrait consister dans un support de la gestion de KMS pour les cartes Radeon HD5xxx, du changement de mode en espace utilisateur, gestion 3D, contrôle notamment du contraste et de la luminosité avec le TexturedVideo qui permet aux applications utilisant la sortie Xv d'utiliser le processeur graphique. La configuration en double-écrans indépendants serait améliorée.

D'autres évolutions sont annoncées par les constructeurs. La plus concrète est celle du pilote Nouveau pour NVidia, qui casse l'interface avec le pilote de Xorg.

Niveau programmation, on notera la sortie de la bibliothèque Cluster qui vient compléter Qt et GTK+. Elle permet de créer des interfaces graphiques plus riches. Elle ne fournit aucun widgets prédéfini mais seulement les bases de la création d'une boîte à outils de plus haut niveau. La lecture de médias passe par Gstreamer pour la lecture des médias. Une interface graphique de programmation est disponible pour des langages comme C++, Ruby, C#,C, Perl ou Python.

Le graphique progresse donc. Bien que des progrès restent à faire, on observe que de plus en plus de constructeurs s'impliquent dans la problématique Linux. Cluster est ainsi soutenue par un d'entre eux. De bonnes perspectives sont donc à envisager.


Aller à la page : précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 suivante